Le monde économique ne peut attendre indéfiniment le politique

Pendant que les politiques discutent et font monter les enchères quant à leur participation aux différents gouvernements, l’indépendant et le chef de PME subissent les menaces et l’incertitude du vide laissé. Et en matière de gestion d’une entreprise, l’indécision est bloquante !

Cela va bientôt faire un mois qu’une crise politique sévit en Région Wallonne et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Depuis plus d’une semaine s’ajoute la Région Bruxelloise, logée à la même enseigne avec des gouvernements dont la pérennité n’est plus assurée.

Ces derniers temps, avec les scandales à répétition, le fossé s’est davantage creusé entre le politique et la société civile. Et en attendant la constitution de nouvelles majorités, la situation ne fait qu’empirer. Si un mois ne représente pas grand-chose à l’agenda politique, cette durée constitue un gouffre pour le monde économique !

A quelle sauce allons-nous être mangés ?

Du point de vue des compétences gérées par les pouvoirs régionaux, la manière de fonctionner de nos entreprises va-t-elle changer ? Les nouveaux gouvernements vont-ils maintenir les politiques déjà établies ou vont-ils changer les règles en cours de partie ? Autant d’interrogations qui taraudent chaque indépendant.

Il est clair que le changement amène son lot d’interrogations et l’on peut espérer que certaines mesures soient prises en faveur de la petite entreprise. Mais il faudra être attentif aux dangers de la rupture avec certaines politiques préétablies. Les nouvelles équipes au pouvoir devront faire preuve de beaucoup de pragmatisme. Et ceci, afin d’assurer une transition harmonieuse entre les mesures déjà en place et leurs nouveaux projets. Dans tous les cas, l’urgence est de mise !

Mesdames et Messieurs les politiques, le monde économique vous attend !

 

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

2 Responses to "Le monde économique ne peut attendre indéfiniment le politique"

  1. WANSON Dominique says:

    Bonjour,
    Dans une société où on demande de travailler plus et plus longtemps… trouvez-vous normal que les travailleurs qui cumulent une activité complémentaire en tant qu’indépendant, qui consacre de nombreuses heures de travail, payent des lois sociales d’indépendant complémentaire, rentre de la TVA, des taxes (taxation à > 54%),… et, en fin de parcours, ne puissent même pas bénéficier d’un complément de pension !! Pas très motivant à long terme !!
    On appelle ça de l’esclavage, c’est irrespectueux vis à vis des travailleurs !
    Dominique wanson
    (Indépendant complémentaire et Membre de l’UCM Namur).

    Répondre
  2. WANSON Dominique says:

    Bonjour,
    Dans une société où on demande de travailler plus et plus longtemps… trouvez-vous normal qu’un travailleur cumulant une activité d’indépendant complémentaire, qui consacre de nombreuses heures à cette activité, rentre des lois sociales, de la TVA, des impôts (taxation > 55%)… ne puisse même pas bénéficier d’un complement de pension ! Pas très motivant de travailler dans de telles conditions !!
    C’est irrespectueux vis à vis de ces travailleurs et ça va à l’encontre de ce que nos dirigeants politiques nous demandent… « travailler plus, plus longtemps »,… les politiques veulent juste « Pomper » sans rien en retour. Triste comportement !
    D. WANSON

    Répondre

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site internet et newsletter © Copyright EMLDESIGN.BE