Un croque-monsieur aux grillons, ça vous tente ?

Un espace de restauration et un magasin de bières et spiritueux, écrin d’une nouvelle entreprise de vente d’insectes, le moulin de Bayehon relève le pari d’intégrer les insectes dans notre alimentation européenne

Un moulin, la petite rivière fagnarde le Bayehon, une cascade, des étendues vertes à perte de vue et des hivers blancs comme dans le grand nord, Magda Bihin et Jean-Yves Gilson vivent au paradis… ou presque. Le couple est installé au Moulin de Bayehon et y développe trois entreprises. La première, c’est le moulin, un espace de restauration « chiens admis » où Magda, en cuisine, propose une carte dite « traditionnelle » de brasserie mais sort aussi des sentiers battus.

 

Après le « beurk »

Le touriste ou randonneur/skieur (une belle partie de la clientèle) qui s’attardera à la lecture des suggestions arrêtera peut-être son regard sur les « tomates vers de farine » ou le « croque-monsieur » sans jambon mais avec insectes.

Rendre sympathique la consommation d’insectes (vers de farine, grillons et criquets) n’est pas chose aisée. Jean-Yves, patron de « Eat Smaller » le sait, mais l’homme n’est pas de nature à se démotiver facilement. Il est diplômé HEC, a bourlingué à gauche et droite dans les milieux économique, puis marketing et média avant de rejoindre Magda au Moulin et d’y développer cette entreprise entomologiste depuis un an.

Nous savons que ce n’est pas simple de passer au-delà du « beurk » ressenti par les consommateurs. C’est une simple question de génération. Le trentenaire branché, et l’enfant, n’ont aucun souci pour goûter et apprécier les insectes en cuisine. C’est plus difficile pour les gens plus âgés, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons intégré quelques plats préparés dans la carte du Moulin, pour en faire quelque chose de sympa et apprivoiser doucement cette clientèle.

Et l’homme de défendre non pas son steak mais son asticot !  « Une dizaine de sauterelles donne autant de protéines d’un steak, en ne consommant quasi rien en CO2 et eau. C’est aussi très riche en vitamines ! Nous ne faisons évidemment pas de sensationnalisme, nous introduisons progressivement les insectes dans l’alimentation et ne brusquons pas les consommateurs« .

Parallèlement à la vente de ses petites bestioles, et de l’exploitation du Moulin dans le secteur de la petite restauration, le couple propose aussi le magasin « Amon Tchiniss » qui se révèle être l’antre de l’amateur de bières et d’alcools fins !

 

En effet, les rayons ne proposent pas moins de 650 bières belges (dont 75 sont à la carte du Moulin), 200 whiskies et autant de rhums ! Ce n’est pas moins que l’un des plus grands assortiments de bières proposés en mère patrie de ce breuvage houblonné. « Les trois entreprises travaillent en synergie et nous essayons de les rapprocher l’une de l’autre » commente Jean-Yves.

De précieux conseils

Les premiers contacts de Jean-Yves avec l’UCM se situent en province de Namur où une conseillère du département de développement économique l’accompagne pour établir son business plan. Inscrit au Mouvement, Jean-Yves est convaincu des services de l’UCM. « Les différentes conférences, le networking, les conseils des experts nous aident beaucoup, tout comme les conseils juridiques d’ailleurs« .

Jean-Yves et Magda concoctent déjà un projet autour de la biodiversité du petit paradis wallon dans lequel ils sont installés. Encore une belle occasion de reparler de ce couple d’entrepreneurs UCM Province de Liège.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site internet et newsletter © Copyright EMLDESIGN.BE